• Comment se procurer un défibrillateur ?

    Vous êtes justement au bon endroit : Défibrillateur Center est au cœur de votre projet.

    Que vous soyez un ERP (établissements recevant du public), une entreprise ou une collectivité Défibrillateur Center vous propose une gamme complète de défibrillateurs en accès public.

    Pour contribuer à sauver des vies, il est primordial d’utiliser un défibrillateur d’une grande fiabilité et facile d’utilisation, raisons pour lesquelles Défibrillateur Center a choisi de distribuer la marque HeartSine ® Samaritan Pad fabriquée en Union Européenne et qui est leader dans le domaine des appareils médicaux destinés à administrer un traitement indispensable à la survie des victimes d’un arrêt cardiaque subit (ACS)

    Défibrillateur Center s’engage à vous proposer ces produits au meilleur prix, et à vous apporter un service rapide et professionnel.

  • Dans quel cas utiliser un défibrillateur cardiaque ?

    L’arrêt cardiorespiratoire est la deuxième cause de mortalité en France.
    Le taux de survie suite à un ACR (Arrêt Cardio Respiratoire) est seulement de 5% alors qu’il est supérieur à 30% dans les pays plus équipés en défibrillateurs.

    Savoir reconnaitre une victime d’un malaise cardiaque dans les toutes premières minutes est le premier geste qui sauve.
    Lorsqu’une personne est victime d’un arrêt cardiaque soudain provoqué dans la plus part des cas par une fibrillation ventriculaire, elle perd connaissance, elle tombe et n’a aucune réaction quand on lui parle, quand on la stimule, sa respiration est inexistante ou très irrégulière, sa poitrine ne se soulève pas.

    Chaque minute perdue sans massage cardiaque et sans l’utilisation d’un défibrillateur réduit ses chances de survie de 10 à 15%.

    Face à un arrêt cardiaque :

    • Prévenez rapidement les services de secours et d’urgence en composant (le 15, ou le 112).
    • Débutez la réanimation cardio-respiratoire par des compressions thoraciques (massage cardiaque).

    Selon une étude américaine, dans la plupart des cas, le massage cardiaque peut être suffisant.

    Depuis l’année 2003, l’État d’Arizona recommande aux témoins d’un arrêt cardiaque de ne plus faire de bouche-à-bouche et de ne pratiquer qu’une RCP (Réanimation Cardio Pulmonaire) pour faire circuler le sang. Sauf en cas de noyade, d’électrocution ou lorsqu’il s’agit d’un enfant. Dans ces trois situations, la RCP ­doit être alternées avec 2 insufflations par la bouche reste recommandée.

    • Dès que le défibrillateur automatique externe (DAE) est à votre disposition, mettez-le en marche et suivez les instructions vocales de l’appareil.
    • Dès leur arrivée, les sauveteurs professionnels prendront la victime en charge.

    Une alerte immédiate associée aux gestes de premiers secours et à l’utilisation d’un défibrillateur cardiaque augmente les chances de survie de 30 à 40 %.

  • Le défibrillateur externe : comment ça marche ?

    Un défibrillateur automatique externe est un appareil portable qui est employé pour administrer une décharge électrique appelée défibrillation sur une personne en arrêt cardiaque.

    Conçu pour être extrêmement simple d’utilisation, un défibrillateur cardiaque fonctionne sur batteries afin d’être mobile. Deux électrodes adhésives (patch) sont connectées au boitier, elles sont à positionner une au-dessous de la clavicule droite, et une autre sur le côté gauche du thorax).

    Les électrodes ont deux fonctions, elles permettent :

    • à l’appareil d’analyser l’activité électrique du coeur (électrocardiogramme (ECG)).
    • de transmettre l’influx électrique.

    Le défibrillateur détermine automatiquement la nécessité du choc électrique et son intensité. Ainsi, il ne délivrera pas de choc s’il perçoit que le cœur a un fonctionnement ne nécessitant pas ce traitement.
    Il n’existe pas de risque à utiliser un défibrillateur pour la victime car elle serait de toute façon condamnée si on n’effectuait aucun geste d’urgence.

    Rappel : L’article 223-6[2] du Code pénal français condamne l’abstention volontaire de porter assistance à une personne en péril.

  • Quelles sont les causes pouvant conduire à un arrêt cardiaque ?

    Dans 90 % des cas, la mort subite est provoquée par une maladie cardiovasculaire, dont l’infarctus du myocarde (plus communément appelé crise cardiaque).
    Ces arrêts cardiaques peuvent être dus à des battements irréguliers (tachycardie auriculaire ou tachycardie ventriculaire).

    En cause lors d’un arrêt cardiaque :

    • l’hypertension artérielle
    • le cholestérol
    • le stress
    • la pratique d’une activité physique excessive
    • une alimentation trop riche en graisses (donc un taux élevé de mauvais cholestérol).

    Parmi les 10 % de causes non cardiovasculaires, on trouve l’hypothermie, l’électrocution, la noyade, l’intoxication, la suffocation, une hémorragie, un choc allergique ou une insuffisance respiratoire aiguë.